Brutopia

Projet d'habitat partagé

Information

← Revenir aux informations
Bruxelles
BE Belgique
Site internet http://utopiabrussels.wordpress.com/
Maturité

En développement

CREATION - Décrivez le contexte local, la problématique à laquelle le projet souhaitait répondre, les étapes et les dates de la naissance du projet (fondateurs, naissance du collectif). Éditer

Les deux personnes qui sont à l'origine du projet étaient en fait parties du constat qu'il était devenu difficile, notamment pour les jeunes, de devenir propriétaire à Bruxelles. Et ce d'autant plus s'ils souhaitaient disposer d'une cour ou d'un jardin. Afin de répondre à ces difficultés, un père et sa fille se sont lancés dans l’idée folle de créer un habitat groupé. Conscients qu’ils ne pouvaient pas développer ce projet seuls, ils sont donc allés chercher des membres de la famille, des amis plus ou moins proches pour former un premier groupe. Les deux premières années, le groupe a beaucoup varié car il s'agissait de trouver des personnes prêtes à s'engager derrière un même projet, à y travailler et qui puissent s'entendre un minimum entre elles. Les choses se sont stabilisées au moment de l'achat du terrain et le collectif final est composé de 29 unités, dont beaucoup de familles, au sein desquelles on note une grande mixité des âges (dont plusieurs seniors) et plusieurs enfants en bas âge.

Autre caractéristique, le projet a été souhaité loin de tout clivage culturel. Le collectif est volontairement bilingue et possède même une petite majorité de flamands, fait suffisamment étonnant dans Bruxelles pour être souligné. La question linguistique amène par ailleurs à des répartitions des tâches, notamment dans la représentation du projet entre les deux communautés.

Le terrain a été choisi assez naturellement. Le choix s’est porté sur les friches urbaines. Après plusieurs mois de recherches, Brutopia élisait futur domicile dans un chancre urbain à l'abandon dans le quartier populaire de Forest au Sud-Ouest de Bruxelles, où se trouvaient auparavant de nombreuses grandes brasseries. Un lieu volontairement bien desservi en transports en commun puisqu’il se trouve à 5 minutes de la Gare du Midi en bus ou en tramway par exemple.

OBJECTIFS : Quelle est la finalité première du projet ? Quelles sont ses principales actions / réalisations ? Qui en sont les bénéficiaires directs et indirects ? Éditer

L’objectif principal du projet Brutopia est d’offrir un cadre de vie collectif à des familles soucieuses de devenir propriétaires dans le centre de Bruxelles, tout en respectant l’environnement. Cette idée d’avoir un toit individuel et de partager d’autres espaces de rencontres s’est construite avec le temps et l’envie.

La principale réalisation du projet est d’être parvenue à créer un bâtiment passif, favorisant le recyclage d’air et privilégiant des matériaux légers (verre, bois et simili métal moins polluant que le métal habituel). La structure est légère et s’intègre facilement à l’environnement.

Les deux entités du bâtiment sont désormais finalisées (depuis mi-juin 2013) et sont réparties autour de 29 appartements de superficies et de formes différentes. Cela va en effet de 85 à 180m2 et chacun a pu choisir la taille de sa terrasse et reste libre de tout imaginer à sa guise à l'intérieur puisque seuls les murs externes ont été construits pour permettre à tous d'imaginer un appartement correspondant à leurs besoins. Cependant, cela doit être réalisé en tenant compte d’un minimum de critères environnementaux : le bâtiment doit rester passif. Si certains ont fait le choix d’insérer des systèmes de chauffage, la plupart des autres ont préféré rester dans l’idée d’un bâtiment réellement passif. Quant aux loyers, ils varient en fonction de l’étage auquel se trouve l’appartement, en fonction du bâtiment, de la surface bien sûr mais aussi de l’ancienneté de l’unité au sein du groupe.

IMPACT : Quels sont les impacts du projet (décrire les effets positifs ou négatifs du projet: emplois, lien social, environnement, économie, etc...)? Quelle plus-value votre projet confère-t-il au territoire ? Éditer

Le collectif a pour idée de s'ouvrir sur le quartier, lui-même en pleine redynamisation avec notamment la réhabilitation d’anciens bâtiments dont les anciennes brasseries en musées et centres culturels. Ainsi, lors des discussions à propose de l’usage de la salle commune, il a été évoqué de l’ouvrir, ne serait-ce que pour une partie des activités, aux habitants du quartier. Cela n’a cependant pas encore été acté car des résistances existent. Par ailleurs, c’est une A.S.B.L. flamande oeuvrant pour l’accompagnement des personnes âgées du quartier qui a racheté certains espaces du rez-de-chaussée d’un des deux bâtiments. Ils devraient pouvoir accéder également à certaines des parties communes du lieu et, en échange, les habitants auront accès à leur salle de réunion.

En termes de respect de l’environnement, le bâtiment est dit passif, c'est à dire que c’est un bâtiment qui fonctionne sans installation de chauffage ou de refroidissement de l’air ambiant, ceci aussi bien en été qu’en hiver. Il suppose notamment d’accorder un soin particulier aux techniques d’isolation employées.

Comme expliqué plus haut, ils avaient la volonté d’une certaine accessibilité en transports en commun. Cela s’accompagne d’une démarche de limitation de l'usage de l'automobile. Ainsi, ils disposent de moins de places de parking que de familles et envisagent d’ores et déjà de les vendre ou les louer.

COLLECTIF : En quoi ce projet est-il un exemple de gestion collective ? Pourquoi avez-vous choisi un mode de gestion collectif ? Éditer

La démarche collective a démarré dès le départ dans le montage du projet. Ainsi, un système a été mis en place qui veut que, tous les 6 mois, chacun doit fournir 100 heures de travail. Si elles ne sont pas réalisées, l’habitant concerné doit verser une somme à l’A.S.B.L. sur la base de 25 euros de l’heure pour ce qui est de la phase précédant l’installation. Le régime était moins demandeur envers ceux qui avaient participé auparavant à la recherche de terrain. Par la suite, cela devrait être transformé pour s’adapter aux nouveaux besoins après l’installation.

Au niveau de l'habitat en tant que tel, l'idée est également de continuer sur un mode de gestion collective. Il existe tout d'abord plusieurs espaces qui sont amenés à être partagés par tous les habitants du lieu. C'est le cas du jardin, d'un local pour entreposer les vélos, des machines à laver, mais également d'une salle commune de 70m2 pour laquelle le doute reste entier quant à ce qui s'y déroulera, malgré les heures de discussion qu'elle a suscitées, et d’une terrasse collective en dernier étage.

FONCTIONNEMENT : Quelle place chaque individu conserve-t-il au sein du groupe ? Décrivez précisément les processus de décision en œuvre au sein du collectif. Ces processus ont-ils évolué dans le temps? Éditer

Le groupe n’a pas adopté de charte ce qui selon eux évite de poser des limites à certaines choses. Ils partent du principe que si ces personnes ont souhaité se joindre au projet et donc ensuite s’investir pendant plusieurs années c’est qu’elles étaient intéressées par le projet global, une charte était donc inutile et aurait pu limiter certaines initiatives, idées…

Pour ce qui est de la forme, le collectif s'est constitué en A.S.B.L. et dispose donc d'un Conseil d'administration composé de huit membres du groupe. Ils se réunissent régulièrement en respectant les idées ressorties lors des quatre Assemblées Générales annuelles, qui peuvent d'ailleurs se multiplier dans les moments où d'importants dossiers sont à traiter. À côté de cela, ils se sont répartis en groupe de travail afin de réfléchir ensemble sur différentes thématiques (le jardin, les subsides, la vie en communauté...).

RELATIONS : Comment ont évolué les différentes relations (soutien, tolérance, rejet, blocage, volonté de récupération, etc.) entre le collectif et son entourage (riverains, pouvoirs publics, partenaires choisis ou subis, parties prenantes, etc.)? Le collectif a-t-il attiré de nouveaux membres? Le collectif a-t-il perdu des membres? Le collectif est-il relié à d’autres réseaux (inter-régionaux, internationaux) Éditer

Brutopia a été soutenu financièrement, mais pas seulement, par l’A.S.B.L. « Habitat et participation » et son équivalent flamand.

Ils reçoivent par ailleurs la visite de personnes intéressées par ce projet et qui souhaitent en savoir plus avant de se lancer eux-mêmes dans une telle aventure, ou qui sont en cours de préparation du projet et ont besoin de conseils...

Pour les prêts, c’est Triodos qui a soutenu la plupart des membres, les autres banques s’étant montrées beaucoup moins – voire pas du tout – réceptives à ce type de projets.

A VENIR : Quelles sont les perspectives à venir (croissance, développement,...) ? Quelles sont les attentes à court et moyen terme ? Quelles sont vos interrogations / craintes ? Éditer

Suite à l'obtention d'une promesse de subside de la part de Bruxelles Environnement-IBGE (Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement) dans le cadre d'une campagne de financement de bâtiments dits « exemplaires », le collectif a été contraint d'avancer la date de l'emménagement à novembre prochain. D'ici là, les travaux doivent être menés au sein de chaque appartement afin de les rendre habitables à cette date.

Ensuite, il faudra aménager les espaces communs et se décider par exemple sur ce qu’est amenée à devenir la salle collective.

MULTIPLIER : Quelles sont les possibilités de transférer cette expérience sur d’autres territoires (conditions de duplication des savoirs et savoirs faire développés)? Éditer

De nombreuses personnes ayant monté et terminé leur co-habitat se sont aujourd’hui engagées – sur Bruxelles du moins – à aider les autres porteurs de projets qui apparaissent dans la région. C’est le cas de l’un des initiateurs du projet Brutopia qui oeuvre désormais comme coach auprès d’autres groupes.


Références

Communauté du projet

0 fans and 0 members

Joindre l'équipe

Vous trouvez ce projet inspirant ?

 Discuss

Partenaires

Ce projet n'a pas de partenaires connus pour le moment.